Les axes de recherche du DUMG

Voici les axes actuels de recherche au sein du DUMG de Brest :
Etude AdoDesp
Projet SPICES
Etude TATA
Etude FPDM – volet multimorbidité
Etude FPDM – volet dépression
La décision en médecine générale
Projet QUALSOPRIM
Etude AMDEPCCR

Etude AdoDesp

Dépression de l’adolescent associée à la dépression parentale : dépistage, prévalence et prévention secondaire à partir de la rencontre de parents déprimés en soin primaire et avantage de l’articulation avec les Maisons de l’Adolescent.

La dépression est difficile à repérer, prévenir et traiter chez l’adolescent à cause de symptômes multiformes et de parcours de soins complexes et stigmatisés. L’existence d’une dépression parentale est un facteur de risque important et reconnu de développement d’une dépression chez les adolescents (30 % des adolescents de parents déprimés présenteraient une dépression). Les médecins généralistes ont un accès important à la dépression d’adultes, potentiellement parents d’adolescents, ce qui pourrait permettre un repérage précoce de la dépression de l’adolescent.

Le projet AdoDesp a pour but d’évaluer les avantages à réaliser un dépistage et une prévention secondaire de la dépression de l’adolescent à partir de la rencontre de parents déprimés en soins primaires au sein d’un parcours de soin articulant soins primaires et dispositif spécialisé (Maison des adolescents) en comparaison avec un dépistage et une prévention secondaire en soin courant.

Responsables :
Guillaume BRONSARD
Sophie LALANDE
Jean-Yves LE RESTE
Florian STEPHAN

Projet SPICES

Scaling-up Packages of Interventions for Cardiovascular disease prevention in selected sites in Europe and Sub-Saharan Africa: an implementation research (Mise en place d’interventions novatrices pour la prévention des maladies cardiovasculaires en Europe et Afrique Subsaharienne)

Projet Européen H2020 en collaboration avec : Université d’Anvers (BELGIQUE), Université Makerere (Kampala, UGANDA), Université de Manchester (UK), Trent University de Nottingham (UK), Université de Limpopo (Polokwane, AFRIQUE DU SUD).

Ce projet est né du constat que le modèle de soins des pays riches n’est pas transposable aux pays en voie de développement, du fait de la limitation des ressources humaines, techniques et financières.

Le projet SPICES vise à mettre en place et valider une prise en charge globale et novatrice des MCV applicable dans des pays à revenu élevé ou faible.

Dernières nouvelles du groupe SPICES :
Vidéo expliquant la recherche
Article du Télégramme du 22/09/2017
Article du Télégramme du 16/11/2017
Article de Ouest France du 20/09/2017

Responsables :
Delphine LE GOFF
Jean-Yves LE RESTE

Etude TATA

Exploration de l’alliance thérapeutique et validation de l’échelle WAI SR dans 14 langues européennes.

Responsables :
Bernard LE FLOCH
Jean-Yves LE RESTE
Patrice NABBE

Etude FPDM – volet multimorbidité

Volet multimorbidité de l’étude européenne FPDM : Family Practice Depression and Multimorbidity

Exploration dans la définition de la multimorbidité des facteurs pouvant conduire à la décompensation, la fragilité, le handicap ou la baisse de qualité de vie

Responsables :
Bernard LE FLOCH
Jean-Yves LE RESTE
Patrice NABBE

Etude FPDM – volet dépression

Volet dépression de l’étude européenne FPDM : Family Practice Depression and Multimorbidity

Etudes de validation Européennes de la Hopkins Symptom Checklist en 25 items

Responsables :
Bernard LE FLOCH
Jean-Yves LE RESTE
Patrice NABBE

La décision en médecine générale

La décision en médecine générale, gestion de l’incertitude, prévention de l’erreur et sécurité du patient.

Responsable : Marie BARAIS

Projet QUALSOPRIM

Les situations de soins complexes créées par les patients multimorbides trouvent une réponse dans la création des GECO (groupes d’exercice coordonnés) perçue comme un moyen de développer une coordination entre professionnels de santé.

Des recherches ont porté sur les dynamiques professionnelles qui s’y construisent et ont montré leurs meilleures performances.

Les patients multimorbides en situation de soins complexes sont ceux qui provoquent une inadéquation de l’allocation des ressources avec les problèmes rencontrés, la frustration des soignants et l’augmentation des coûts par l’utilisation de systèmes inadaptées comme les hospitalisations à répétition. Les aidants sont incontournables pour le maintien à domicile de ces patients et l’importance de leur rôle est maintenant admise. Les GECO semblent efficaces dans leur capacité à formuler des protocoles.

Cependant, aucune évaluation n’a été réalisée sur l’amélioration de la qualité des prises en charge des patients au sein des GECO. Il n’existe pas d’outil d’évaluation validé permettant de s’intéresser à la qualité des soins ressentis par les patients et leurs aidants en soins primaires.

Les objectifs de ce travail seront de réaliser une échelle d’évaluation de la qualité des soins primaires dispensés au sein des GECO du point de vue des patients en situation complexe, de leurs aidants et des professionnels de santé. L’hypothèse faite est que les processus suivants (réponse aux demandes et préoccupations des patients, formes de confiance, répartition du travail de soins entre les différents partenaires, manières de réagir aux urgences médicales, prises de décision complexes, accompagnement d’un parcours dans la durée, accompagnement lors des aggravations d’un état de santé et manières de négocier entre les différents points de vue) et d’autres processus sont susceptibles d’émerger lors de la phase qualitative permettant de définir les indicateurs retenus pour construire l’échelle qualité.

Premiers objectifs : phase qualitative

Identifier et analyser au sein des GECO les effets des modalités de coordination entre professionnels sur les transformations des modes d’exercice du soin professionnel, et sur l’expérience des patients/usagers et celle des aidants familiaux, particulièrement sur les dimensions qui constituent la qualité des soins.

Seconds objectifs : phase quantitative

Construire une échelle d’évaluation de structures d’exercice coordonné de soins primaires sur la base de critères suggérés par les patients. Vérifier la stabilité de l’échelle par une étude quantitative évaluant sa validité interne Vérifier l’efficacité de l’échelle par rapport au ressenti global des utilisateurs et des professionnels par une étude quantitative de corrélation.

Responsables :
Jérémy DERRIENNIC
Jean-Yves LE RESTE

Projet AMDEPCCR

Afin de faciliter la promotion du dépistage en tenant compte des résistances, nous souhaitons développer un programme de formation des médecins généralistes centré sur l’application des techniques de l’entretien motivationnel à la promotion du dépistage organisé du cancer colorectal (DO CCR).

L’entretien motivationnel (EM) est une méthode de communication à la fois directive et centrée sur le patient visant l’augmentation de la motivation intrinsèque au changement de comportement par l’exploration et la résolution de l’ambivalence. Elle est applicable à la promotion d’un dépistage.

Cette étude permettra de mesurer l’efficacité de l’entretien motivationnel en fonction du niveau de résistance vis-à-vis du dépistage, mesuré chez les patients à risque moyen. Il sera évalué par un auto-questionnaire patient adapté du modèle de croyance du Health Belief Model (HBM), qui vise à prévoir les comportements en santé.

Une évaluation répétée de la réticence au dépistage et de l’espérance de vie auto estimée du patient à t0, t6, t12, t24 sera réalisée, permettant le calcul d’un score dynamique pour cerner l’évolution des perceptions du DO sur deux ans.

Responsables :
Paul AUJOULAT
Jean-Yves LE RESTE